2023: de tous les potentiels candidats à la magistrature, le camps Félix Tshisekedi craindrait plus Moïse Katumbi ?

2023: de tous les potentiels candidats à la magistrature, le camps Félix Tshisekedi craindrait plus Moïse Katumbi ?

A l’approche de 2023, les langues commencent à se délier sur l’avenir de l’Union sacrée de la nation où trône une mosaïque des potentiels candidats à la magistrature suprême du pays en 2023 notamment l’actuel chef de l’État Félix Tshisekedi qui cherchera à tout prix à rempiler. On peut citer aussi Moïse Katumbi, président de l’Ensemble pour la République dont le rêve pour briguer la présidentielle remonte au lendemain de leur divorce d’avec Joseph Kabila en 2016.

Le Chairman du Mlc Jean-Pierre Bemba ne restera pas en marge de cette bataille pour la conquête de ce prestigieux poste tandisque Modeste Bahati, l’actuel président du sénat, est considéré comme un outsider et peut toujours surprendre en présentant sa candidature.

Côté opposition, Martin Fayulu se pointera présent en première ligne de front de cette joute électorale et peut aussi surprendre comme en 2018.

Mais, de tous les potentiels candidats présidents de la République, seule la candidature de Moïse Katumbi paraît plus sérieuse et serait vue comme une menace au second et dernier mandat dans le camps de Félix Tshisekedi, fait savoir Bernard Yenga analyste-maison du Baromètre. Et pour cause?, Moïse Katumbi pèserait beaucoup sur la balance à l’échiquier national voir international avec un carnet d’adresses assez fourni en termes des lobbies dans le cercle fermé des décideurs de ce monde.

Une fois sa candidature validée, le président de TP Mazembe est capable de soulever les montagnes en battant une campagne à la Joe Biden qui ferait non seulement ombrage mais bousculera sérieusement son challenger direct Félix Tshisekedi. D’où, des crocs en jambe qu’on tenterait de lui mettre avec ce qui apparaît aujourd’hui aux yeux de beaucoup comme un faux de débat soulevé par Noël Tshiani sur la congolité des candidats à la présidentielle.

En tout cas pour Bernard Yenga, c’est un ballon d’essai que Noël Tshiani a balancé sur la place publique. Reste à savoir si il aura gain de cause ou pas. Dans le camps de Moïse Katumbi on prends déjà cette menace au sérieux et ses lieutenants « affuteraient déjà les armes » pour la contrer. Sanchant pertinemment bien que ce ne que le début d’une longue bataille politique. Au moment opportun, le pouvoir en place multipliera les subterfuges pour anéantir Moïse Katumbi, prévient l’analyste. Ce sont des calculs politiciens et le plus fort l’emportera, dit il.

Jeff Saile

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *