Affaire Guelor Kanga : La partie gabonaise en sérieuses difficultés, le verdict renvoyé à une date ultérieure

Affaire Guelor Kanga : La partie gabonaise en sérieuses difficultés, le verdict renvoyé à une date ultérieure

Affaire Guelor Kanga: Même au Tribunal Arbitral du Sport, la Fécofa aura raison. Tentative d’explication.

Le verdict sur la dénonciation de la Fédération Congolaise de Football Association (Fecofa) sur le dossier Guelor Kanga alias Guelor Kiaku Kiaku Kiangani a été renvoyé à une date ultérieure. Les vraies raisons de ce énième report n’ont pas données clairement, même pas par la Fecofa que nous avons contacté et qui s’est réservée de tout commentaire par souci d’équité. Mais nous apprenons des sources concordantes que c’est maintenant à la partie gabonaise de se justifier sur certains points précis.

En effet, le Fédération Gabonaise de Football (Fegafoot) doit justifier comment Guelor Kanga, dont la mère est décédée en début de l’année 1986, 4 mois après la naissance du joueur, pour atterrir à Oyem et donnée naissance à un enfant en septembre 1990. Dans le dossier gabonais, l’acte de naissance présenté est sujet à caution parce que le code civil gabonais n’est pas véritablement précis en ce qui concerne l’octroi de la nationalité gabonaise qui est normalement donnée selon les conditions reprises dans le Code nationalité de 1998. Il faut avoir moins de 21 ans alors qu’à son arrivée au Gabon, Kiaku Kiaku Kiangani avait au-delà de 21 ans et n’était plus éligible pour ce faire.

Selon d’autres informations à notre possession, visiblement Guelor Kanga n’aurait pas bénéficié de la nationalité gabonaise par adoption visiblement, ce que la Fegafoot a du mal prouver, d’où peut être ce énième report pour lui donner un temps de répit. Et sur ce point, il n’est que logique que la Fegafoot balbutie parce que les textes du code civil gabonais sont clairs. Nul part il octroi la nationalité gabonaise.

C’est donc un autre rebondissement dans cette affaire qui est bien partie pour continuer à alimenter les débats dans l’opinion publique sportive de deux pays.

Avec Foot.cd

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *