septembre 18, 2021

Assemblée nationale : Examen et adoption de 7 projets de ratification des accords de prêt et crédit

Assemblée nationale : Examen et adoption de 7 projets de ratification des accords de prêt et crédit


Pour son baptême de feu devant la représentation nationale comme ministre des Finances de l’exécutif des Warriors, Nicolas Kazadi, est venu présenter l’économie de sept (7) projets de lois de ratification des accords de prêt et crédit pour un total de 406 millions de dollars américains. En fait, le gouvernement a sollicité ces fonds auprès de différents bailleurs pour résoudre les questions urgentes d’infrastructures, de santé publique et de lutte contre l’insécurité alimentaire à court terme sur l’ensemble du territoire national.
A l’ouverture, le speaker de l’Assemblée nationale a sollicité et obtenu de la plénière d’examiner ces nouvelles matières, en procédure d’urgence et de les inscrire au calendrier de la présente session. Il s’agit : 1) du projet de loi autorisant la ratification de l’accord du prêt du 22 décembre 2020 conclu entre la RDC et la Banque Arabe pour le Développement Economique en Afrique (BADEA) au titre de l’opération de réponse urgente pour affronter la pandémie de COVID-19 pour un montant de $10.000.000 (dix millions de dollars américains) ; 2) de l’accord de prêt n°200003242, du 28 mais 2020 conclu entre la RDC et le Fonds International de Développement Agricole (FIDA) au titre de Programme d’Appui au Développement Rural Inclusif et Résiliant (PADRIR) pour un montant de $ 26.640.000 (vingt millions six cent quarante mille dollars américains) ; 3) de l’accord de prêt n°2100150042289 du 19 juin 2020 conclu entre la RDC et le Fonds Africain de Développement au titre du Projet d’Aménagement des Accès routiers Pont-Route-Rail sur le fleuve Congo pour un montant 20.032.000 UC (vingt millions, trente-deux mille Unités de comptes) ; 4) de l’accord de prêt n° 14361P du 23 juin 2020 conclu entre la RDC et le Fonds de l’OPEP pour le Développement International (OFID) au titre du Projet d’Approvisionnement en Eau à l’Ozone pour un montant $30.000.000 (trente millions de dollars américains) ; 5) de l’Accord de prêt n°12501P du 23 juillet 2020 conclu entre la RDC et le Fonds de l’OPEP pour le Développement International au titre du Projet de Soutien au Secteur Agricole du Nord-Kivu (PASA NK) pour un montant de $ 15.000.000 (quinze millions de dollars américains ) ; 6) de l’Accord de prêt n°2100150042445 du 7 octobre 2020 conclu entre la RDC et le Fonds Africain de Développement au titre du Programme d’Appui Budgétaire en réponse à la crise de la COVID-19 (PABRC) pour un montant $43.622.400 (quarante-trois millions six cent vingt-deux mille quatre cent dollars américains) ; 7) de l’accord de crédit n°6858-ZR du 12 mai 2021 conclu entre la RDC et l’Association Internationale de Développement (IDA) au titre du Projet de Développement Multisectoriel et de Résilience urbaine de Kinshasa, dénommé « Kin Elenda» pour un montant de $250.000.000 (deux cent cinquante millions de dollars américains)
Avant d’adopter ces propositions de lois, les 25 (vingt-cinq) intervenants qui sont inscrits pour la prise de parole ont voulu obtenir du ministre Kazadi des explications claires des orientations de politique économique nationale. Si les uns ont voulu connaître le poids et la taille réelle de la dette nationale actuelle après l’annulation obtenue en 2010 au titre de l’Initiative des p ays pauvres très endettés, les autres ont voulu connaître les critères de choix des zones d’implémentation de ces différents projets. Si les uns ont exclu l’adoption du projet Pont-Route-rail avant le projet Port en eaux profondes de Banana dans le Kongo Central, les autres ont recommandé le développement et la modernisation du réseau routier national (comme la route Mongata-Bandundu-Nioki-Equateur ou d’autres routes de desserte agricole) pour accélérer plutôt l’intégration nationale avant l’intégration sous régionale ou africaine.
Par ailleurs, face à la modicité de certains prêts (10 ou 15, voire 30 millions de dollars américains), beaucoup de députés ont recommandé au ministre de multiplier des efforts et de mettre en place un plan cohérent de lutte contre la corruption et de coulage des recettes publiques pour donner à l’Etat les moyens d’accroître son budget pour réaliser sans assistance extérieure certains projets d’intérêt national. La dignité et la fierté du pays sur le plan international est à ce prix, a conclu un intervenant

L’argentier national a réservé des réponses appropriées à toutes les préoccupations exprimées par les élus nationaux. Les sept (7) projets ont été déclarés recevables et envoyés à la commission mixte Economique, Financière, Contrôle budgétaire et Relations extérieures appelée à travailler en urgence et déposer son rapport en 72 heures au bureau de la Chambre basse de façon à donner au gouvernement les moyens d’avancer sur ce dossier.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *