septembre 28, 2021

CENI/Reprise des discussions ce mercredi: le lieu de la rencontre divise les Chefs des confessions religieuses !

CENI/Reprise des discussions ce mercredi: le lieu de la rencontre divise les Chefs des confessions religieuses !

Les deux groupes dissidents de la plateforme des confessions religieuses ont fini par céder à la sagesse du Président de la chambre basse du parlement. L’honorable Christophe MBOSO qui employait un ton policier le week-end dernier en guise de pression sur les chefs des confessions religieuses a reçu tour à tour ce mardi, 14 août 2021 au palais du peuple pour un tour de table autour de la désignation du président de la CENI. Une plateforme déjà fragilisé par les conflits nés du choix de M. Denis KADIMA KAZADI par le groupe de six confessions religieuses sans le consentement des deux autres, les catholiques et les protestants.

MBOSO a donc réussi à ramener les deux blocs à la table des discussions pour choisir enfin, le gestionnaire des élections attendues en 2023. Au sortir de la rencontre, Monseigneur Marcel UTEMBI TAPA, Archevêque de Kisangani, Président de la Conférence Épiscopale Nationale du Congo (CENCO) et président de la plateforme des confessions religieuses de la République Démocratique du Congo a brièvement déclaré que : « je suis venu répondre à l’invitation de l’honorable président de l’Assemblée nationale au sujet de la grande question de l’heure à savoir, la désignation du président de la CENI. Il s’agit d’un premier contact depuis mon arrivée de Kisangani hier. D’autres contacts suivront », fin de citation. Pour sa part, le prophète Dodo KAMBA a laissé entendre à la presse que « chaque confession religieuse est libre d’émettre un point de vue de conviction. Et dans cette libre expression démocratique, il convient de respecter les convictions profondes de chacune. Ce qui est à éviter est que les confessions religieuses se divisent « , fin de citation.

Où se tiendra la plénière de ce mercredi ?

Déjà, le groupe de six confessions sous l’autorité de Dodo KAMBA vient d’adresser une lettre d’invitation à la CENCO et à l’Eglise du Christ au Congo (ECC) pour confirmer une rencontre au siège de la Commission d’intégrité et Médiation électorale (CIME), à Mont-Fleuri. Une correspondance visiblement préparée longtemps avant pour tester la bonne foi des catholiques et de protestants dont il est reconnu un certain orgueil de supériorité par rapport aux autres confessions religieuses. Un véritable piège auquel les deux églises ne devraient pas se laisser tomber au risque de justifier une nouvelle crise, un nouveau blocage.

MBOSO doit encore intervenir

Raisonnablement compte tenu des précédents épisodes de cette épineuse crise de confiance entre les deux tendances initialement opposées, il serait judicieusement sage de délocaliser cette rencontre de grande envergure sur un site neutre et isolé afin de déjouer les caprices des négociations des deux parties aux discussions. Procéder autrement serait une grande fenêtre des désaccords possibles. Entre les deux groupes, beaucoup de choses ont été dites et plusieurs communications discordantes séparément enregistrées. Que des accusations formulées. Que des suspicions déclarées. Que des fossés creusés. Le président de l’Assemblée nationale est appelé à s’inviter de nouveau dans le règlement logistique de ces assises afin d’en espérer définitivement une issue heureuse. Pour certains observateurs, cette rencontre devrait être envisagée en dehors de Kinshasa, dans un site neutre d’où pourrait jaillir la fameuse fumée blanche.

KADIMA, EBOTOKO, KAWATA et BIMWALA à gommer des primaires

Les noms qui fâchent les deux tendances des confessions religieuses sont bien connus. Il s’agit de tous les finalistes de la dernière sélection. Si Denis KADIMA est le plus grand commun diviseur des forces politiques et sociales de la RDC actuellement, Monsieur Cyril EBOTOKO présenté par les catholiques ne passera pas du choix des six confessions en raison de sa grande proximité supposée avec l’opposition politique Lamuka. Il en est de même pour Daniel KAWATA, l’homme de la CONADER, un protégé de Azarias Ruberwa très suspecté de soutenir les intérêts du Front Commun pour le Congo (FCC). Enfin le candidat Salutiste Roger BIMWALA, ancien candidat PPRD à l’exécutif de la ville de Kinshasa. Tous les quatre présélectionnés lors des dernières discussions sont systématiquement pointés du doigt accusateur pour leurs accointances politiques avérées. Reste que les princes des Églises devront opérer un choix de raison, comme l’a affirmé l’expert Fofana Mpoyo de la CENI qui estime que le Président de la CENI doit être une personnalité ayant travaillé au sein de la machine CENI et disposer d’une formation en matière électorale et avoir déjà observé les élections.

Danny Musangu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *