Guerre de six jours à Kisangani : voici les recommandations de l’ONG KOPAX aux institutions nationales et internationales

Guerre de six jours à Kisangani : voici les recommandations de l’ONG KOPAX aux institutions nationales et internationales

Vingt et une année après cette tragédie des armées rwandaise et ougandaise, les boyomais en particulier et congolais en général se souviennent de leurs morts. Et c’est à l’occasion de la célébration de ces guerres dites de six jours que l’ONG KOPAX a, à travers un mémorandum haussé le ton et exigé reptation de victimes directes et indirectes par les commanditaires de ces actes.

KOPAX condamne avec la dernière énergie le gouvernement congolais qui pour cette ONG n’est non seulement incapable de sécuriser ses citoyens, mais ne parvient pas également à rendre justice à ceux-ci au niveau interne et à exiger la justice au niveau externe, mais qui ne fait que promouvoir dans les institutions de la République les complices de ces crimes.

Ses recommandations au gouvernement congolais et à la communauté internationale

À la Communauté Internationale, afin qu’elle œuvre à la création d’un Tribunal Pénal International pour le Congo afin de juger tous les crimes commis en RDC entre 1993 et 2003 ainsi que les crimes commis de 2033 à ce jour;

Au gouvernement congolais afin d’accélérer le processus judiciaire au niveau de la Cour Internationale de Justice pour que l’Ouganda procède à la réparation des préjudices causés en RDC notamment pour crimes de guerre, crimes de pillages et crimes contre l’humanité ;

Au gouvernement congolais, afin qu’il procédé de toute urgence à l’application des recommandations du rapport Mapping. Ceci permettra notamment de juger certains nationaux impliqués dans ces crimes odieux et qui sont à ces jours intouchables et occupent de hautes fonctions dans les institutions nationales.

Pour votre gouverne, du 05 au 10 juin 2000, la province de la Tshopo, en général, et la ville de Kisangani en particulier, ont vécu 6 jours sombres et macabres. En effet, pendant six jours, les armées rwandaise et ougandaise se sont affrontées sur le sol congolais et n’ont laissé que désolation et larmes. Ces affrontements ont causé la perte en vies humains de plus de 1000 congolais parmi lesquels ; les civils dont les enfants et des femmes. Environs 3000 blessés graves; plusieurs dégâts matériels graves notamment la destruction de la centrale hydro-électrique de la Tshopo. Cette succession de combats dans la ville n’était pas la première du genre car déjà en août 1999 ces armées étrangères (les armées rwandaise et ougandaise) s’étaient déjà affrontées.

Trésor BOTAMBA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *