La marche de Lamuka réprimée violemment : les méthodes décriées sous Joseph Kabila refont surface !

La marche de Lamuka réprimée violemment: les méthodes décriées sous Joseph Kabila refont surface !

Adolphe Muzito et Martin Fayulu, deux leaders de Lamuka ont appelé les congolaises et congolais a marché ce 24 avril 2021 sur toute l’étendue de la Rdc en solidarité avec la population de la partie orientale du pays victime des atrocités commises par les forces négatives qui dictent la loi dans cette partie du pays.

A Kinshasa, les deux leaders précités ont répondu présents à cette marche tôt le matin de ce samedi mais c’était sans compter avec le dispositif sécuritaire dépêché dans différents carrefours de la capitale congolaise. On rapporte à cet effet que Martin Fayulu a été bloqué au Q3 à Masina où l’on a vu un dispositif sécuritaire renforcé qui a poussé les manifestants à commettre des abus. On a signalé même quelques blessés côté manifestants. Tandisque Adolphe Muzito a été stoppé net au niveau de Masina Pascal où la police a dispersé à l’aide de gaz lacrymogène plusieurs dizaines de ses sympathisants qui ont gagné le boulevard Lumumba.

Cette forme de répression rappelle celle de triste mémoire vécue des années Joseph Kabila mais curieusement refait surface avec une dose exagérée sous Fatshi laisse-t-on entendre par les sympathisants de Lamuka.

Pour sa part, le secrétaire général de l’Ecidé, Devos Kitoko, regrette que les policiers qui sont sensés protéger les civils posent des actes de barbaries.

“Une grande barrière des centaines de policiers qui nous empêche de passer et donc la situation est explosive, les policiers sont entrain de pourchasser les militants, ils volent les téléphones, argents et biens privés…”, témoigne-t-il sur un ton de déception.

Comme on peut s’en rendre compte, les méthodes décriées à l’époque de Joseph Kabila refont surface en faisant sous Felix Tshisekedi. Et cela, fait tâche d’huile aujourd’hui au régime. Car, note-t-on, comment une marche pacifique doit faire autant de dégâts par les forces de l’ordre? Qui a donné le mot d’ordre à la police de brutaliser les manifestants ? s’interrogent les cadres de Lamuka. A Félix Tshisekedi de faire très attention car ce sont mêmes services qui ont souillé le régime de son prédécesseur avec les mêmes méthodes de violation massive des droits et libertés fondamentaux.
Danny Musangu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *