L’Acaj contredit Noël Tshiani sur la question de nationalité !

L’Acaj contredit Noël Tshiani sur la question de nationalité !

COMMUNIQUE DE PRESSE
« La position de l’ACAJ sur la question de nationalité »
Kinshasa, le 18 mai 2021- La toile enregistre une nette poussée de fièvre aux allures d’une guerre de tranchées opposant les tenants d’une réforme de la loi électorale en ses dispositions relatives aux conditions d’éligibilité de certains citoyens à la présidence de la République, et ceux qui estiment qu’il serait de bon aloi que lesdites dispositions, essentiellement relatives à la nationalité, ne soient modifiées au risque de violer la Constitution de la République.
L’Association Congolaise pour l’Accès à la Justice (ACAJ) note que ce débat citoyen constitue une éclatante illustration de la pleine et entière jouissance par chaque Congolais de sa liberté de penser et de s’exprimer ce, dans le strict respect de l’autre.
Cependant, s’agissant d’une question touchant au substrat qui lie un individu à son pays, la nationalité en l’occurrence, l’ACAJ tient à rappeler, aux uns et aux autres, la nécessité républicaine qu’il y a à aborder cette question avec responsabilité dans une approche débarrassée de toute considération politicienne susceptible de remettre en cause la fragile unité nationale maintes fois mise à l’épreuve par des frustrations réelles ou supposées.
En effet, la Charte fondamentale de la RD Congo, dans ses pertinentes dispositions qui fondent le rattachement du Congolais à sa patrie déclare notamment que « Nous, Peuple congolais, Uni par le destin et par l’histoire autour de nobles idéaux de liberté́, de fraternité́, de solidarité́, de justice, de paix et de travail… Affirmons notre détermination à sauvegarder et à consolider l’indépendance et l’unité́ nationales dans le respect de nos diversités et de nos particularités positives ».
Se fondant, d’une part, sur ces prescrits constitutionnels combinés à ceux des articles 10, 11, 12, 13, 72, 102 et 106, qui ont le mérite de déterminer avec clarté ce qu’il convient d’entendre par Congolais d’origine et, d’autre part sur les défis multiples et urgents auxquels les institutions de la République font face pour alléger la misère du peuple et restaurer la paix dans la partie Est de la RD Congo, l’ACAJ estime inopportun d’accorder le primat à cette question dont les acquis intangibles sont administrés par les cycles électoraux successifs de 2006, 2011 et récemment 2018.
1

De ce qui précède, il appert clairement qu’une réforme ayant pour finalité de percuter lesdits acquis démocratiques risquerait d’engendrer des frustrations et des violences éventuelles dont la RD Congo n’a point besoin. Des exemples inspirés par plusieurs pays du monde démontrent que certains de leurs leaders, issus de l’immigration, naturalisés ou ayant acquis la nationalité du pays hôte par l’un de leurs parents, ont servi leurs Etats avec dévouement et patriotisme.
« Nous appelons vivement la classe politique congolaise à concentrer ses efforts sur la restauration de la paix notamment dans les provinces de Ituri et Nord-Kivu, l’amélioration du bien-être collectif, ainsi qu’aux préparatifs de l’organisation du cycle électoral de 2023 appelé à être apaisé, juste, démocratique, transparent et inclusif, a déclaré Me Georges Kapiamba, Président de l’ACAJ.
Chaque leader politique ou social devra s’employer à (i) déraciner la division, (ii) dégager les racines des affrontements politiques et, (iii) affronter avec courage les injustices fabriquées des années durant en RD Congo, a-t-il conclu.
C’est à juste titre que l’écrivain Léon-Gontran Damas estime que « les couleurs sont la vie ; et que la vie est dans les couleurs… la culture et le dessin lorsqu’ils s’entrelacent ont plus de vie et de flamboyance ».
Pour toute information supplémentaire, contactez : Mme Yvette Mundi, Chargée de Communication Téléphones : + 243 81 048 8537, 97 223 7996
Email : acajasbl@yahoo.fr
2

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *