L’ANAPI pour un partenariat structurel avec les conseillers économiques des ambassades basées en RDC

L’ANAPI pour un partenariat structurel avec  les conseillers économiques des ambassades  basées en RDC

L’Agence nationale pour la promotion des investissements (ANAPI), à travers son directeur général, Anthony Nkinzo, a organisé,  lundi à l’hôtel Sultani à Kinshasa, une rencontre de convivialité avec les ambassadeurs et les conseillers économiques de quelques missions diplomatiques basées à Kinshasa, dont notamment celles de l’Union européenne (France, Portugal, Italie, Pays-Bas, Suède, Allemagne), de la Suisse, et des États-Unis d’Amérique  dans le cadre de son Plan de travail annuel et budgétisé  de l’exercice 2021 en exécution, a  appris mardi l’ACP de cette Agence.

Selon la source, cette activité visait un double objectif à savoir,   mettre à la disposition des ambassadeurs et des conseillers économiques, des informations utiles et fiables en rapport avec les efforts actuellement déployés par la République démocratique du Congo (RDC) pour assainir son environnement des affaires ;  de booster l’entrepreneuriat local et attirer les Investissements directs étrangers (IDES).

Le deuxième objectif était de bâtir une véritable synergie entre les missions diplomatiques, à travers leurs conseillers économiques et l’ANAPI dans le cadre de la conclusion d’un partenariat structurel, afin d’intensifier la dynamique d’échanges économiques et commerciaux entre la RDC et les différents pays ciblés.

Le directeur général de l’ANAPI,  Anthony Nkinzo Kamole a, à cette occasion, fait une présentation sur les multiples avancées enregistrées par la RDC ces dernières années, en termes des réformes pour assainir le climat des affaires notamment, la feuille de route validée dernièrement par le groupe d’experts du Climat des affaires qui fera objet d’un examen du Comité de pilotage au niveau politique, avant sa transmission pour examen et validation au Conseil des ministres.

« Ces réformes sont initiées dans le but d’améliorer le niveau d’emploi, le niveau de la hausse des recettes fiscales et d’augmentation des revenus. Soit autant d’éléments indispensables pour accroître l’attractivité et améliorer la compétitivité de l’économie congolaise », a déclaré Anthony Nkinzo, avant de relever les contraintes qui, jusque-là, entravent une meilleure conduite des affaires en RDC.

Avec ACP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *