septembre 28, 2021

Obsèques du cardinal Monsengwo: Christophe Mboso s’incline face à l’immense personnalité du prélat défunt

Obsèques du cardinal Monsengwo: Christophe Mboso s’incline face à l’immense personnalité du prélat défunt


Le cardinal Laurent Monsengwo Pasinya, décédé le 11 juillet 2021 à Versailles, en France, a eu droit à des hommages bien mérités de toute une nation qui reconnait, de façon unanime, les qualités exceptionnelles d’un clergé très écoutée et respectée de la vie ecclésiale, sociale et politique. Du Cardinal Laurent Monsengwo, Christophe Mboso, président de l’Assemblée nationale que c’était un vaillant pasteur, un artisan de paix qui s’est impliqué pour l’avènement de la démocratie et l’état de droit en RDC. Aujourd’hui, cette marée qui le pleure témoigne que ses œuvres le suivent et parlent en sa faveur.
Ces obsèques ont également donné à Fridolin Cardinal Ambongo, l’occasion d’inviter le peuple de Dieu à rendre à ce vaillant digne fils de la nation en continuant son combat et à accomplir l’œuvre de Dieu pour notre humanité.
St Augustin K.
Les funérailles de l’archevêque métropolitain émérite de Kinshasa ont rassemblé une foule impressionnante à l’esplanade du Palais du peuple, hier mardi 20 juillet. Jour prévu pour rendre à cet « acteur majeur de l’Eglise et de l’histoire politique contemporaine » du pays des hommages officiels mérités.
Appelé à dire l’oraison funèbre de cet ancien président du Parlement congolais, alors Haut Conseil de la République, Parlement de transition (HCR-PT) et président de la Conférence nationale souveraine (CNS), Christophe Mboso N’Kodia Pwanga, président de l’Assemblée nationale, a puisé dans son art de speaker pour résumer l’immensité de la personnalité du prélat défunt.
IT/ Monsengwo, figure emblématique de la RDC
Mais d’entrée de jeu, Mboso N’Kodia retient de ce prince de l’Eglise, un « homme généreux, sévère et exigeant comme un bon parent qui tient au succès pour tous et à un avenir radieux pour la RDC et une autorité morale vers qui, beaucoup de gens allaient encore se ressourcer ».

Il se souvient encore qu’au début de son mandat, en tant que speaker de la Chambre basse du Parlement, il s’est abreuvé, lui et tout son bureau, à l’immense sagesse ce théologien bibliste et premier Africain à avoir obtenu un doctorat en Ecriture Sainte à l’Institut Biblique Pontifical de Rome.
Mais de Laurent Cardinal Monsengwo, Christophe Mboso retient également que c’est « acteur majeur de l’Eglise catholique…, figure emblématique de l’histoire politique contemporaine de notre pays, qu’il a particulièrement marquée de son empreinte indélébile à travers la défense des valeurs démocratiques de paix, de vérité, de réconciliation et de consensus. Tant il a connu une carrière religieuse et politique riche et pleine, tant il a su être indispensable au pays, à la classe politique, tant il a su incarner une référence pour les jeunes générations comme modèle d’engagement et de courage face au déni de la démocratie eu aux injustices ».
Figure très écoutée et respectée de la vie ecclésiale, sociale et politique de la nation, Laurent Monsengwo s’est toujours engagé pour le dialogue et la réconciliation de son peuple.
Et Christophe Mboso de conclure ce chapitre en ces termes : « C’est grâce à cette personnalité que Laurent Monsengwo Pasinya a incarné pendant longtemps la mission prophétique de l’Eglise catholique du Congo. Homme épris de justice, de paix et d’unité, il s’est fortement impliqué dans le développement humain intégral et a significativement contribué à l’avancée démocratique de notre pays ».
Mais bien au-delà, le cardinal avait d’autres traits de personnalité, a fait savoir Christophe Mboso qui méritent d’être salués, notamment cette unité entre l’aspect spirituel et pastoral de sa personnalité et don ministère qu’il décrivait lui-même comme évêque en rapport avec l’écriture sainte.
« Cette écriture, le Seigneur m’en a fait interprète à double titre : comme exégète et comme évêque. Et c’est à cause de ce lien que ma vie sacerdotale avec l’écriture et la vérité que j’ai accepté de devenir évêque, pour révéler à l’humanité Jésus-Christ et le cœur de Dieu ».
IT/ Monsengwo fait Grand Cordon des Ordres nationaux
L’archevêque Laurent Monsengwo avait également un amour profond pour la musique.
« La musique dans la vie est un moment intense de contemplation et d’admiration du Créateur. Mais, c’est aussi une expression de communion avec l’humanité passée, présente et à venir, à travers un langage qui commence là où s’arrête la parole », disait-il au sujet de cet art.
Quelques heures auparavant, le Président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi Félix-Antoine Tshisekedi avait décoré, à titre posthume, le cardinal émérite Laurent Monsengwo Pasinya au rang de Grand Chancelier des Ordres Nationaux de la Médaille d’or de Mérite civique, de l’ordre Lumumba-Kabila chancelier des Ordres nationaux, par ordonnance n° 21/054 du 20 juillet 2021. C’était en présence de son homologue Denis Sassou Nguesso, président du Congo-Brazzaville qui a effectué le déplacement de Kinshasa pour assister aux funérailles de Laurent cardinal Monsengwo.
La série d’hommages officiels a été précédée d’une messe de suffrage célébrée par Fridolin Cardinal Ambongo. A cette occasion pour l’archevêque métropolitain de Kinshasa a, dans son homélie, invité les fidèles à honorer la mémoire du Cardinal Laurent Monsengwo Pasinya et de poursuivre le combat mené par ce prince de l’Eglise.
« Frères et sœurs, maintenant que cet éminent pasteur est parti, il nous laisse un lourd héritage. Le meilleur chemin pour honorer la mémoire du Cardinal Laurent Monsengwo, c’est sans doute ce que nous faisons avec solennité, avec dignité. Mais l’hommage le plus important que nous apporterons à ce grand homme qui nous quitte, c’est de continuer son combat et d’accomplir l’œuvre de Dieu pour notre humanité », a-t-il interpellé.

Cellcom Ass. Nat.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *